Un cocon où il fait bon de couper, de se réfugier au sein de la nature pour faire appel à nos sens, mais aussi créer un lieu de rencontre entre les accompagnants et les associations

Extraits du discours, lors de l’inauguration, du professeur François GUILLÉ, directeur du Centre Eugène Marquis (CEM).

Un jardin thérapeutique, c’est un long parcours de six ans. C’est transformer une révolte face à l’inacceptable en une action pour agir et ne pas que subir.

Fondation d’utilité publique depuis 1927, le CEM réinvestit 100 % des dons dans la recherche, mais aussi dans l’amélioration des conditions d’accueil des patients.

Le CEM a été séduit par ce projet de créer une interface de nature entre deux mondes bétonnés, structurés, oppressifs, parfois déshumanisés que sont la ville et l’hôpital.

Ce jardin, dans un ciel sombre de novembre c’est, comme aujourd’hui, un rayon de soleil.

Share This