Pas du tout ! Non seulement, c’est possible mais c’est recommandé. Pourquoi ?

Voici 3 raisons principales relevées en 2016 par Martin Hirsch, directeur général de l’APHP, Assistance publique des Hôpitaux de Paris.

Martin Hirsch source Wikipedia

»La présence des bénévoles et des volontaires n’est pas là pour combler un manque, … Ils ne remplacent pas les professionnels. Ils les complètent. 

Un grand service public, solide sur ses fondements, doit savoir donner sa place aux citoyens, à la société civile, les faire participer, les inclure, construire des projets avec eux. Le faire, cela doit être une fierté pour nous tous.

Personne n’a le monopole de l’engagement. À l’hôpital public, les professionnels sont engagés, les bénévoles sont engagés, … Engagés pour considérer qu’on a tous une mission qui nous dépasse, qui nous oblige, qui nous motive, qui nous grandit. »

Pour lui, c’est simple, « Les bénévoles sont partie intégrante de la communauté hospitalière et du projet d’établissement. »

Texte intégral du discours du 17/11/2016

Share This